RETOUR EN IMAGES…

70e anniversaire Opération Biting

La municipalité et l’association André Haraux ont souhaité à l’occasion du 70e anniversaire de l’Opération Biting redonner toute sa place et toute sa signification à ce haut fait historique. Le site André Haraux est dédié à la fois à la résistance française, au raid britannique de 1942 et au discours du général de Gaulle. Ici se même trois mémoires.

Quelques photos du 70e anniversaire du Raid de Bruneval et de l’inauguration officielle du Mémorial le Dimanche 24 juin 2012 en présence de Kenneth Holden, vétéran du Raid de Bruneval et citoyen d’honneur de la commune. La rénovation du site a été confiée au cabinet d’architecte Bruno Saas. Sur la grande terrasse est installé un espace qui accueille un pupitre long de 22m qui relate de façon chronologique l’Opération Biting. Un espace du Mémorial est consacré au Conseil National de la Résistance, à ses idéaux et à ses grandes figures.

LE PORT SE MET DANS LE GAZ !

TERMINAL MÉTHANIER : RÉUNION PUBLIQUE VENDREDI 5 NOVEMBRE 2010

Ce n’est pas à la puissance publique de sauver le soldat Poweo.

Terminal méthanier : Auber est en colère

François Auber, le maire de Saint-Jouin-Bruneval, ne voit pas d’un bon oeil l’entrée possible du port du Havre dans le capital de l’ex-futur(?) terminal méthanier censé s’installer sur le territoire de sa commune :  » Ce n’est pas à la puissance publique de sauver le soldat Poweo Lors de la séance du conseil de surveillance du 24 septembre 2010, le Grand Port Maritime du Havre (GPMH) va dire son intention de prendre part au capital de l’entreprise privée Gaz de Normandie(GDN) détenue majoritairement par l’opérateur alternatif en énergie Poweo. Depuis plusieurs années, GDN, à la suite d’un appel à projets lancé par le GPMH, tente d’installer sur le site d’Antifer un terminal méthanier. Sans succès : Malgré de belles promesses de rentabilité, GDN n’a pas réussi à convaincre des investisseurs ; ces derniers étant d’évidence convaincus du peu d’intérêt à terme d’une telle entreprise. Et de fait, GDN a été contraint depuis 18 mois de suspendre son projet, faute de trouver un nouvel actionnaire assez audacieux – ou plutôt inconscient – pour se risquer dans une telle aventure.

Durant ces 18 mois, le versement du loyer pour la réservation de terrain a été gelé, entrainant un manque à gagner de 697 500 euros pour le GPMH. En réponse, le GPMH propose de prendre part au capital de GDN en faisant une avance à GDN sur cinq années de loyer de réservation de terrain. A cela s’ajoute un engagement du GPMH à verser un budget de fonctionnement à GDN de 750 000 euros sur cinq ans. Cela représente un manque à gagner de 3,7 M€ pour le GPMH, hors intérêt. Le rôle du GPMH est de favoriser le développement du trafic portuaire par des investissements structurants au service de la communauté. Or dans ce cas précis, il s’écarte de ses fonctions en jouant le rôle de banquier au service d’intérêts privés. Un rôle dans lequel les banques elles-mêmes refusent de s’engager.

En outre, la participation sans appel d’offres d’un établissement public dans un projet privé, pose la question du conflit d’intérêt dans la mesure où à l’origine du projet le GPMH a retenu GDN suite à un appel d’offre en y incluant la réservation de terrain. Un Poweo dans la peau d’un soldat Ryan qui doit être impérativement sauvé par la puissance publique est une aberration économique, politique et morale. Il est aussi permis de s’interroger sur la méthode utilisée par le GPMH qui présente une délibération de cette importance seulement 48 heures avant la réunion des membres du conseil de surveillance. Cela s’appelle : tenter de gagner par effet de surprise.

Alors que d’évidence, les membres du conseil de surveillance ne peuvent pas prendre une décision stratégique pour l’avenir de la place portuaire sans avoir tous les éléments d’information et sans en avoir référer au conseil de développement, comme le mentionne la nouvelle gouvernance issue de la réforme portuaire. Le port automne devenu GPMH serait-il devenu encore plus autonome que le port autonome ? Il est plus responsable de demander à ce que la décision soit prise lors d’un prochain conseil de surveillance. Il faut avoir à l’esprit que cette délibération prise à la hâte gèlerait tous projets sur Antifer pour une durée de cinq ans : développement de l’éolien (assemblage et maintenance) pour lequel le site est parfaitement adapté, port de plaisance, pôle des énergies marines.

A noter que l’emprise des terrains par le gazoduc sur l’arrière pays aurait les mêmes conséquences. A juste titre, les investisseurs potentiels pourraient se sentir lésés. Durant toutes ces années, Gaz de Normandie n’a pas pu faire la preuve qu’il était capable de monter un projet viable. Le temps à venir ne changera rien, sauf à compromettre gravement de nouvelles perspectives d’avenir pour la région. »

Terminal methanier : reunion publique vendredi 5 novembre 2010 à la salle polyvalente de St Jouin-Bruneval.

Stopper définitivement le projet de terminal méthanier

Faire le point sur la situation et définir les actions à venir

Depuis 4 ans maintenant, en réaction au projet de port méthanier, une opposition s’’est constituée. Des hommes et des femmes, des associations, un collectif d’’élus se sont mobilisés. Le Président de département, le Président de Région se sont prononcés clairement contre ce projet. Ensemble, nous avons marqué des avancées et fait suspendre ce projet industriel aux portes d’’Etretat.

Depuis juillet 2006, ce projet n’’a pas réussi à s’’imposer. En octobre dernier, le Grand Port Maritime du Havre a annoncé sa volonté d’’entrer dans le capital de Gaz de Normandie-Poweo, offrant ainsi un sursis artificiel à ce projet moribond. Ce temps supplémentaire n’y changera rien. Bien au contraire, il compromet gravement des perspectives d’’aménagement du littoral. Cette décision prise par la direction du GPMH est une aberration économique, politique et morale.

La réunion publique sera l’occasion de faire le point sur cette nouvelle situation et de définir ensemble les nouveaux moyens d’’agir.

Nous comptons sur vous, pour défendre notre bien commun. Rendez vous le 5 novembre à 19 h 30, salle polyvalente Saint-Jouin-Bruneval.

PRÉSERVER LA RICHESSE ET LA BIODIVERSITÉ DU LITTORAL.

Préserver la richesse du littoral, un reportage France 3 Haute-Normandie, associations et scienifiques prennent positions…

SAINT JOUIN PLAGE

DÉBARQUEMENT DU 6 JUIN À SAINT JOUIN

COLLECTIF D’ELUS